Travaux de Denis Agret sur les thérapie géniques et constats scandaleux

Publié par Admin21 le

Téléchargez, Imprimez le pdf envoyez le à votre médecin

efftes-indesi-vaccins-D.-AGRET

Denis AGRET 20/09/2022
Etant donné que ni l’ANSM, ni le CNOM, ni le Ministère de la Santé ont de nouveau « failli dans
leurs rôles de police sanitaire et de gendarme du médicament » comme dans la triste histoire du
Médiator qui a donné pas moins de 2000 décès, je joue ce rôle dans l’intérêt des citoyens manipulés
inconscients.
https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/03/29/scandale-du-mediator-les-laboratoires-servier-
condamnes-a-2-7-millions-d-euros-d-amende_6074840_3224.html

D’autre part, étant donné que je ne fais que relayer des données du gouvernement, je me pose en
porte-parole du gouvernement, le bon !


Parce que les autres que ce soient les ministres Dr Véran, Dr Braun , Dr Bourguignon, ou les
présidents du CNOM Dr Bouet, Dr Arnault, la directrice de l’ANSM et maintenant de l’Agence
Européenne Dr Ratignier-Carbonneil ont tous failli à leurs taches me semble-t-il…
https://www.dailymotion.com/video/x80yusz


Je demande l’activation du principe de précaution de toute urgence, donc l’arrêt des injections Covid
devant la non innocuité donc la dangerosité et la non protection vis-à-vis du coronavirus.
Je suis bien évidement un lanceur d’alerte comme stipulé dans cet article, harcelé par la Justice et le
CNOM CDOM… https://www.vie-publique.fr/eclairage/283065-la-protection-des-lanceurs-dalerte-
un-enjeu-pour-la-democratie


Voici des tableaux issus de ces liens que vous aurez tout loisir de vérifier y compris pour l’AFP !
https://ansm.sante.fr/actualites/point-de-situation-sur-la-surveillance-des-vaccins-contre-la-covid-19-
periode-du-22-07-2022-au-08-09-2022

https://ansm.sante.fr/actualites/point-de-situation-sur-la-surveillance-des-vaccins-contre-la-covid-19-
periode-du-14-01-2022-au-27-01-2022


Pfizer
Toutes marques Le principe de précaution s’active « presque naturellement » par la diffusion de l’information, la connaissance et la conscience.
Il y a une baisse drastique du nombre de doses de 99,9 % entre la 1ère et la 5ème dose pour Pfizer et
Moderna !
Les médecins prennent conscience de la non innocuité de ces injections et de leurs responsabilités
notamment pénales ; les patients aussi, ils ne se font plus injectés ! Un jour peut-être, l’ANSM et le
CNOM reconnaitront devant les tribunaux leurs erreurs manifestes, leurs mensonges prodigués sous
un seul enjeu : le pouvoir et l’argent, l’avidité et la cupidité, pour certains la perversité…
Astrazeneca et Jansen sont déjà arrêtés depuis 01/2022 sans que personne n’en ait dit un mot dans
les médias !!!

Peut-être que les directeurs de ces laboratoires ont compris la nécessité de se retirer
de ce risque pénal ! Il n’y a eu aucune 4ème ni 5ème dose et aucun nouveau rapport ANSM depuis le
27/01/2022.


Le risque d’effets indésirables graves est très important : au moins de 1 EFFET INDESIRABLE
GRAVE TOUS LES 1 272 INDIVIDUS injectés !!! (54 496 212/42 854)
Ce risque est fortement minoré parce qu’il y a une sous déclaration des effets
indésirables graves (à peine 50% déclarés par les médecins, le reste par les citoyens !) et
une majoration du nombre d’injections du fait de très nombreux faux (>à 10 millions),
comme si personne ne le savait !
Un site « Telegram » avec plus de 400 000 abonnés avec vente du faux certificat de
vaccination pour 200€ ! Bien sûr la police ou la gendarmerie n’ont rien fait pour
empêcher cela, eux même en ayant usé !A propos des myocardites, péricardites, troubles du rythme cardiaque, des thromboses multiples
conséquences des thrombus intra cardiaques et des décès.


Il est indispensable de pousser encore l’alerte pour protéger la vie de pauvres enfants inconscients et
sans pouvoir de décision ou de jeunes adultes de 19 à 29 tout autant inconscients !


La relation de cause à effet entre « vaccins covid » Pfizer, Moderna et myocardite et péricardite est
établi statistiquement à trois reprises dans les rapports Epiphare : 27 juillet 2022, 7 avril 2022 (publié
dans Nature), 8 novembre 2021.
Lire cet article : https://adoptetapolitiquesanitaire.fr/?p=236 et sa conclusion :
Il est indispensable de refaire la même étude sur l’Association entre les vaccins Covid-19 à ARN
messager et la survenue de Décès chez les personnes de 12 à 50 ans en France !!!


On peut lire : « cette nouvelle étude confirme l’existence d’un risque accru de myocardite et de
péricardite dans la semaine suivant la vaccination contre le Covid-19 par les vaccins à ARNm, en
particulier après la deuxième dose du vaccin Pfizer (« cominarty ») et Moderna (« spikevax ») chez les
12 à 29 ans.
Dans les conclusions, on peut lire également :
« Nous n’avons pas pu étudier les conséquences potentielles à long terme et les éventuelles
récidives ».
« Des études futures basées sur une période d’observation prolongée permettront d’étudier le risque
lié à la dose de rappel des vaccins et d’évaluer les conséquences à long terme de ces inflammations
aiguës post vaccinales. »
Epiphare
https://www.epi-phare.fr/rapports-detudes-et-publications/myocardite-rappel-vaccin-covid19/
https://www.epi-phare.fr/rapports-detudes-et-publications/myocardite-pericardite-vaccination-
covid19-12-50ans/

https://www.epi-phare.fr/rapports-detudes-et-publications/myocardite-pericardite-vaccination-
covid19/

Dans le rapport Epiphare d’avril 2022 (données issues de la base nationale de données de santé), il
est fait état de 1 612 cas de myocardite hospitalisés (donc graves) entre le 15 mai et le 31 aout 2021
et 1 613 cas de péricardite hospitalisés chez des personnes âgées de 12 ans ou plus.
Dans le rapport Epiphare de juillet 2022, il est fait état de 4 890 cas de myocardite sur la période du
27 décembre 2020 au 31 janvier 2022 chez des personnes âgées de 12 ans ou plus (pas de mention
de péricardite dans cette étude).
Il n’est malheureusement pas indiqué dans ces rapports combien de myocardites sont consécutives
aux injections.


Or, dans les derniers rapports ANSM (données uniquement déclaratives), il n’y a que 1 049
myocardites au 20/09/22 toutes marques confondues !
Le nombre de myocardite dans les rapports ANSM est sous-estimé par rapport aux données de la
base nationale. Il serait pourtant simple d’extraire de la base nationale le nombre de myocardite etde péricardite post vaccinale sur la période de janvier 2021 à septembre 2022 et de la comparer au
nombre déclaré dans les rapports ANSM.


Concernant l’évolution des myocardites, il est évident qu’il n’est pas si favorable que çà étant donné
les 45 mises en jeu du pronostic vital et 3 décès avec myocardite recensé dans l’ANSM ; lire ici :
https://adoptetapolitiquesanitaire.fr/?p=292
Dans cet article, il est évident que l’évolution d’une myocardite (post vaccinale ou virale) sans
surveillance voire pire sans diagnostic peut s’avérer gravissime.
https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2012/revue-medicale-suisse-343/irm-cardiaque-
imagerie-de-reference-dans-le-diagnostic-de-la-myocardite-aigue

« La myocardite aiguë est une inflammation du myocarde, le muscle du cœur.
L’IRM cardiaque est devenue l’examen de choix pour le diagnostic non invasif de cette affection.
La sévérité de la myocardite varie d’une atteinte myocardique subclinique à une insuffisance
cardiaque fulminante ou à la mort subite.
Le symptôme d’appel est la dyspnée dans 72%, la douleur thoracique dans 32% et l’arythmie, trouble
du rythme cardiaque dans 18% des cas. Les douleurs thoraciques peuvent être suggestives de
péricardite, mais sont parfois impossibles à distinguer d’un angor typique.
Le dosage de la troponine I a une spécificité de 89% pour une sensibilité faible (34%)
Les anomalies comprennent la dysfonction ventriculaire systolique globale ou régionale,
l’épaississement de la paroi myocardique, la dilatation du ventricule gauche et la présence
d’épanchement péricardique : péricardite. La dysfonction systolique du ventricule droit est
relativement rare, mais associée à un pronostic défavorable.
Les étiologies de la myocardite sont … aussi non infectieuses, telles que les réactions
médicamenteuses.
La pathogenèse de la myocardite se divise en trois phases. La première correspond aux lésions aigues
de sévérité souvent limitée par la réponse immune innée.
S’ensuit une seconde phase de réaction immunitaire avec une inflammation chronique par réaction
immune persistant.

Cette réaction immune chronique pourra déboucher sur un tableau de cardiomyopathie dilatée (CMD), une insuffisance cardiaque évoluant à bas bruit.
La mortalité des patients symptomatiques souffrant de myocardite avec insuffisance cardiaque est
de 20% à un an et de 56% à quatre ans dans cette étude. »
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/7596370/
Il faut retenir de cet article qu’une myocardite non diagnostiquée précocement ni traitée peut
évoluer à bas bruit avec des symptômes allant de la fatigue, à des difficultés respiratoires et
également des troubles du rythme pouvant donner des insomnies, de l’angoisse dûe aux accès de
tachycardie non ressentie.


Une infirmière scolaire m’a témoigné que de nombreux enfants vaccinés covid ont au repos une
fréquence cardiaque entre 90 et 110 par minute ce qui est une piste vers le diagnostic de troubles du
rythme ou fibrillation auriculaire.Les troubles du rythme peuvent être, du fait d’une mauvaise contractilité des cavités cardiaques, responsables de formation de caillots (thrombus) en particulier dans les oreillettes droite et gauche du cœur.


Dans le rapport Astrazeneca (27/01/22 supra), on trouve : « Thrombus intracardiaque : 5 » !!!

ce qui confirme que les troubles du rythme cardiaque sont responsables de thrombus.
Ces thrombus lors de mobilisation peuvent partir dans la circulation artère pulmonaire et être
responsables d’embolies pulmonaires et dans l’aorte : AVC, infarctus du myocarde, thrombose
artérielle des membres, des artères mésentériques : ischémie mésentérique et tant d’autres
processus thrombotiques (perte de la vue ou de l’audition).
Le témoignage d’un triathlète victime d’une embolie pulmonaire après Moderna corrobore cette
réflexion clinique. https://www.instagram.com/p/CinLLL4KNGW/?hl=fr


Son cardiologue ne lui a pas fait d’IRM cardiaque par peur de trouver une myocardite !!!
Enfin, il est évident qu’une myocardite évoluant à bas bruit peut évoluer vers une péricardite
associée, et surtout une insuffisance cardiaque grave chez des personnes très jeunes, les rendant
handicapé à vie !


Enfin, l’étude Epiphare du 18 janvier 2022 vient confirmer le risque cardiovasculaire très
probablement en lien avec des myocardites infracliniques, des thrombus intracardiaques et/
vascularites : il y a plus d’infarctus du myocarde (61% chez les vaccinés), d’embolie pulmonaire (52%)
et d’AVC ischémique (56%) chez les vaccinés :
https://www.epi-phare.fr/rapports-detudes-et-publications/vaccins-covid-evenements-cv-18-74ans/La gravité de ces myocardites, péricardites, décès pèsent d’autant plus sur les population jeunes
étant donné que le risque est plus important chez les jeunes comme le montre les études Epiphare et
le graphe infra !Enfin, il y plus de 300 000 enfants en France avec une dose de Pfizer et 200 000 avec deux doses !


Tableau 4. Données de vaccinations chez les enfants de 5-11 ans Pfizer

1ère Injection 306 183
2è Injection 209 740
3è Injection 7 891
Total général 524 627

Là, il n’y a très probablement aucun faux dans cette classe d’âge (à part qq enfants très voyageurs
avec leurs parents).
Je n’ai pas les données du nombre d’enfants injectés de 11 à 18 ans…
Néanmoins, le nombre de cas graves chez les moins de 18 ans et les 19- 29 ans n’a fait qu’augmenter
ces derniers mois :

L’ANSM recense 1 062 cas graves chez les moins de 18 ans et 4 322 cas graves chez les 19-29 ans.
Si on applique le ratio de 4,7% de décès parmi les cas graves (2 010/42 584), cela conduit à 50 décès
chez les moins de 18 ans et 203 décès chez les 19-29 ans.Avec Pfizer, il y a 554 décès origine inconnu + 51 arrêt cardiaque soit 605 décès sans antécédent =
chez des personnes sans facteur de risque, en bonne santé sur 1544 décès recensés ! Ça fait 39% (4
sur 10) de décès (parmi les décès) sans antécédent, sans cause de décès hormis l’injection de ce
produit appelé vaccin.


L’ANSM tout comme l’INSEE devraient publier les décès par classe d’âge de 5 ans !
Ce constat est plus qu’alarmant !


Je répète depuis plus d’un an et demi la nécessité d’activer le principe de précaution, d’arrêter ces
« vaccins covid ».
Nous pourrons alors mettre en place une campagne nationale de prévention en particulier des
myocardites, prise de fréquence cardiaque, consultation cardiologue, IRM cardiaque, et traitement
adapté.
Je pose une question un poil ironique (plutôt qu’une affirmation) :
Préférez-vous arrêter les vaxcovid et activer le principe de précaution
ou attendre de voir vos enfants, adolescents tomber dans les stades en faisant du sport ou finir
très tôt en fauteuil roulant avec une insuffisance cardiaque ?

Il n’y a pas de fatalité (« mais c’est trop tard ») par contre des solutions médicales, il y en a !
Il faut juste en prendre la décision collectivement, avec responsabilité et courage.
Dr Denis AGRET pour vous servir.