Boycotte

La plus grande force que nous possédons est le boycott.
Si chacun fait un peu,
c’est le monde qui change.

coluche et le boycotte

Bienvenue dans votre nouveau réseau social

Nous vous présentons BEE-Bzz.

C’est une plateforme qui a pour but de recenser en toute sécurité, anonymement et gratuitement, toutes les informations qui permettent, sous quelque forme que ce soit, de se défendre contre ce système, mais surtout de faire notre propre système alternatif tous ensemble. Elle est directement liée à notre site.

Comment contribuer ?

  1. Proposer des alternatives ou des actualités (ou tout autre média) qui seront utiles pour la communauté.
  2. Aider dans le forum et groupes à élaborer les projets.
  3. Faites connaître vos expériences et idées.

Chaque collectif peut devenir gestionnaire de son groupe.

Vous voulez contribuer ? 
Faites-vous connaître en écrivant à Liberte-entraide@protonmail.com.

Dans un souci de rapidité Bee-Bzz ouvre sa plateforme, prépare quelques modules complémentaires qui permettent une réelle organisation (forum, chat, etc).

N’hésitez pas à nous faire parvenir quelconque bug ou suggestion.

Cette plateforme est faite par nous, pour nous.

Retrouvez sur Télégram
le canal "je boycotte"

Provenance des produits

Comment s’y retrouver ?

ATTENTION à la mention “Produit transformé en FRANCE”.

Derrière cette mention la provenance du produit n’est pas évidente.

Début de code barre 300 et vous croyez consommer un produit français… Pas forcément vrai. On vous explique tout :

GTIN – EAN – Code barre – GENCODE c’est quoi ?

En 1952 aux Etats-Unis un brevet est déposé pour le code-barre (il deviendra UPC). En 1972 la société GENCOD crée en France le système de ce nom. Aujourd’hui on parle de GS1 (changement de nom en 2005).  https://www.gs1.fr/Decouvrez-GS1-France/Qui-sommes-nous/Notre-histoire

Dans le monde ce dispositif se nomme : GTIN – Global Trade Item Number.
En Europe c’est EAN (European Article Numbering),
utilisé par le commerce et l’industrie conformément aux spécifications d’EAN International. 

Pour le consommateur, retenons celui composé de 8 chiffres pour les petits objets (cigarettes) ou 13 chiffres sur la presque totalité des produits courants (alimentation, vêtements, droguerie, papeterie, électroménager etc).

Réservé aux échanges entre producteurs et distributeurs c’est 128 chiffres qui seront nécessaires pour identifier, tracer les produits.

Qui attribue ces codes ?

Dans chaque pays c’est un organisme de régulation national qui est chargé de l’attribution de ces chiffres qui correspondant aux numéros de ses membres.

13 chiffres – quelle signification  ?

– Les 2 ou 3 premiers correspondent au pays de fabrication du produit (attention piège possible, voir ci-après).

– Les 5 suivants sont le numéro de membre de l’entreprise participant au système EAN..

– Les 4 ou 5 suivants sont le numéro d’article du produit.

– Le dernier chiffre est une clé de contrôle. Calculée à partir des douze premiers chiffres, elle permet de contrôler la validité du code-barres.

Mais où est le piège ?

Le voilà : Les trois premiers chiffres de l’EAN indiquent le pays dans lequel l’entreprise est membre du système EANet ce n’est pas forcément le pays de production !

Il peut s’agir du pays où est situé le siège social principal ou l’un de ses sièges.

Exemple un produit fabriqué en Bulgarie mais dont le siège social est en France aura un code EAN commençant par 3..

Où trouver la liste des codes ?

Voici la correspondance entre les premiers chiffres et les pays ainsi que leur organisme de régulation national.

Vous avez un doute sur ce code-barre ?
Rendez-vous sur le site du GEPIR – GS1 qui attribue les codes membres et vérifiez le nom, les coordonnées du fournisseur de votre produit… 

Amazonie en péril

Codes 789 et 790 : produits au Brésil.

Bunge Limited est devenu l’un des trois premiers importateurs de soja en France. La multinationale new-yorkaise a pignon sur rue à Montoir-de-Bretagne et a ouvert, en Loire-Atlantique, le principal port d’arrivée du soja brésilien.

La société SLC Agricola est l’un des plus importants producteurs au Brésil.

Les multinationales américaines Cargill et Bunge se seraient rendues complices de  : 19 373 incendies volontaires dans le Cerrado (territoire de 2 millions de Kms2 dont il ne reste intact que 20% ). Treize fermes liées à Cargill et Bunge sont à l’origine de ces départs de feu. Au total, ce sont plus de 12 millions d’hectares (12 517 900 ha) qui ont été incendiés dans la région en cinq ans.

Parmi les clients principaux de Cargill se trouve McDonald’s France à qui la multinationale fournit 100 % des nuggets écoulés dans ses restaurants.

Chine - Violations droits humains

Code barre 690 à 695 : Produits en Chine

Les allégations portées contre la Chine sont graves et comportent de nombreuses violations de la déclaration des droits humains de l’ONU.

article de presse

Multinationales et GAFAMS
à boycotter
Cliquez pour visualiser les actions

Les petits pense-bête
à garder sur soi...

 ⚠️ Coca-Cola, Mondelez, Mars, Unilever, Nestlé, PepsiCo, Associated British Foods, General Mills, Danone et Kellogg’s.
Seulement 10 multinationales contrôlent notre alimentation ! 
Il est difficile de leur échapper. Et pourtant en étant informé et avec un peu d’habitude vous pourrez le faire :

 Ce graphique d’Oxfam France rend clairement visible les liens qui existent entre plusieurs marques que l’on peut penser indépendantes les unes des autres.
Vous nous demandez souvent comment s’y retrouver parmi ces marques.A force on finit par avoir un radar intégré ! 🛒
⬇️ En pratique, on vous conseille de ⬇️
🧐 Commencer par en prendre connaissance en amont de vos courses (au besoin en faire une liste que l’on glisse dans le porte-feuille) 📑
🛒 Durant vos courses, vous n’aurez pas forcément le temps ni la motivation d’analyser le reste. Vous ferez sûrement confiance à votre instinct.
🧐 Une fois à la maison, vous pourrez continuer vos recherches sur ce que vous avez sélectionné.
Progressivement, vous saurez repérer les marques à éviter.

Vaccins et cellules issus de foetus avortés :
quel regard éthique ?

La technique est utilisée depuis des années pour la fabrication de médicaments et autres vaccins déjà administrés.
Deux prélèvements de celulles servent de “souche” :
Le premier effectué sur un rein de foetus (appelé HEK-293), issue d’un foetus avorté en 1972 aux Pays-Bas et  le second PER.C6 pour un prélèvement du tissu rétinien d’un foetus de 4 mois avorté aux Pays-Bas en 1985.
Ces souches ont été conservées et leur division cellulaire est utilisée depuis sans que de nouvelles souches issues d’autres foetus avortés ne soit utilisés.
Explications par l’institut européen de bioéthique :

Quand on sait tout cela, on agit !

recyclage sans déchets

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.